Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 16:26

CINOV GIAc : les acousticiens s’engagent pour améliorer notre société

Le GIAc est le syndicat professionnel qui regroupe les ingénieurs-conseils et bureaux d’étude qui réalisent, à titre non accessoire, des missions d’ingénierie ou de conseil en acoustique, ceci en toute indépendance vis-à-vis des fournisseurs. Ces deux critères « à titre non accessoire » et « en toute indépendance » sont très forts et confèrent aux membres une grande homogénéité leur permettant d’être rapidement en phase sur les sujets qui concernent l’environnement sonore de notre vie et d’intervenir en qualité de sachant dans de nombreux débats. Partant du constat – reconnu par tous ceux qui s’intéressent au sujet – que l’environnement sonore est beaucoup trop peu pris en compte dans nos sociétés, le principal objectif du GIAc est de développer la prise en compte de l’acoustique en France pour améliorer la vie de tous.

Les documents de référence

Dans cet esprit, son action principale consiste à faire prendre en compte l’acoustique dans les documents de référence. Ainsi, les membres du GIAc s’investissent fortement pour participer à l’élaboration des textes réglementaires relatifs à l’environnement sonore et assister le gouvernement ou législateur dans sa recherche du meilleur équilibre entre les différentes contraintes et aspirations. Mais les documents de référence sont très nombreux entre les projets de normes, de référentiels environnementaux, de guides ou de qualification. Le GIAc pilote depuis très longtemps le groupe acoustique de l’association HQE et a longtemps participé à l’élaboration des référentiels acoustiques de Certivea. Ces échanges avec des partenaires d’horizons différents sont très enrichissants pour tous et de nouvelles idées peuvent alors jaillir. D’où un travail de très longue haleine a été entrepris pour développer une approche la plus pertinente possible d’une notation de la qualité des ambiances sonores au travers d’un indicateur unique.

En prolongement de ces actions centrées sur l’acoustique, le GIAc participe également à de nombreux débats de société au sein de la fédération CINOV dont l’objectif est plus généralement d’encourager et valoriser une ingénierie et des activités de conseil de qualité, comme par exemple sur le thème de la ville durable. La plupart des sujets concernant l’acoustique sont à la croisée de la science et de la culture. Ainsi, de nouveaux modes constructifs apparaissent comme la construction en bois qui sonne de manière très différente de la construction en béton. Avec les modes de vies qui évoluent, le thème des basses fréquences devient un véritable sujet de société qu’il est encore très difficile de maîtriser dans les bâtiments. Si on rajoute la problématique des transmissions vibratoires avec son bruit solidien qui est un « phénomène contemporain » dans le sens où il émergence parce que les bruits aériens sont de mieux en mieux traités par les acousticiens ! Le GIAc s’investit évidemment dans ce domaine.

La communication, la pédagogie

Le langage des acousticiens mêlant des grandeurs physiques en général logarithmiques (en particulier le décibel (dB)) et des données physiologiques (en particulier la pondération A) reste difficile à appréhender pour le non spécialiste. Le GIAc s’est investi depuis sa création, il y a une trentaine d’années, dans la communication avec les professionnels tels que les maîtres d’ouvrages, architectes, bureaux d’études généralistes, pour les convaincre de l’importance de l’acoustique pour leurs clients et la pertinence des conseils formulés. Des approches simplifiées  avec des outils pédagogiques comme par exemple les cartes de bruit sont régulièrement présentées dans nos études.

Malgré ces efforts, le bilan reste aujourd’hui très faible si l’on s’en réfère à la quasi-absence de cours d’acoustique dans la formation des architectes, des métiers de la promotion immobilière et de l’environnement. En matière d’urbanisme également, l’acoustique n’a pas encore trouvé sa place légitime. Ainsi, des réflexions de société à long terme ont été organisées, par exemple, pour le Grand Paris avec des centaines d’intervenants représentant de nombreux métiers pour réfléchir au Paris du futur avec une trop faible participation d’acousticiens alors même que le bruit revient systématiquement parmi les trois préoccupations majeures des habitants dans les sondages avec la sécurité et la qualité de l’air. Le travail reste donc encore immense pour convaincre les équipes en charge des projets que l’intervention d’un acousticien doit être systématique dans tout projet urbain. La ville se densifie, les bruits et les vibrations se propagent encore plus vite alors que la thématique du sonore n’est toujours pas, ou trop peu intégrée, aux premières ébauches d’un programme urbain.

Une fois de plus, la prévention est l’outil indispensable pour construire une société apaisée, les acousticiens sont prêts pour relever ce défi, il s’agit simplement de mieux se faire entendre ! Nos interventions en action de rattrapage sont peu suivies d’effets positifs car les budgets ne sont pas au rendez-vous. Afin d’accélérer cette prise de conscience, le GIAc s’est attaché depuis quelques années à participer activement à la communication vis-à-vis du grand public. Il s’agit d’abord de préciser l’importance de l’acoustique.

Ainsi, les résultats du travail effectué par le ministère de l’Environnement sur le coût social du bruit évalué à 57 milliards d’euros par an en France a surpris tout le monde par son importance : spontanément la plupart des personnes l’évaluent en millions d’euros et non en milliards, ce qui nous confirme dans la sous-évaluation générale de ces phénomènes. Par ailleurs, notre métier reste très méconnu et encore entouré de nombreux fantasmes. Il est en général associé aux grandes salles de concerts, ce qui n’est aujourd’hui qu’une très petite partie de nos activités. Le message que nous souhaitons désormais faire passer est que l’intervention d’un acousticien est pertinente pour tout projet, même modeste, et qu’elle est impérative si l’on souhaite vraiment profiter d’un environnement adapté du point de vue sonore aux activités pratiquées.

Améliorer le cadre de vie de tous

Vous trouverez dans les articles qui suivent que notre profession est extrêmement compétente, que les réglementations et les méthodologies rigoureuses sont respectées, que nous sommes une des rares ingénieries à s’engager sur l’obtention d’un résultat, que nous participons régulièrement à l’innovation de méthodes et de produits. Le métier d’acousticien est très différent en fonction des domaines d’intervention bien que notre finalité soit la même, c’est-à-dire « soigner » un lieu, un riverain ou un usager. Mais de manière plus globale, notre métier consiste à pratiquer des études pour définir un diagnostic et prescrire un traitement qui soignera la société.

Nous militons pour améliorer notre société en proposant des solutions innovantes. Notre engagement est à la fois technique, en qualité d’acteur à l’élaboration des normes et guides méthodologiques, et social en participant activement à l’évolution des connaissances, formations et réglementations. L’approche globale acoustique doit mieux intégrer le volet santé à l’appui de nouveaux indicateurs mieux corrélés à la fatigue, le stress, la gêne par exemple. C’est l’un des nouveaux chantiers que notre profession vient de démarrer en menant des actions de communication et de pédagogie.

Denis Bozzetto, président de CINOV GIAc et Eric Gaucher, ancien président de CINOV GIAc

Repost 0
expert acoustique
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 16:04

 

 

La loi pour la transition énergétique et la croissance verte a imposé, à partir du 1er juillet 2017, d'embarquer des travaux d'isolation acoustique en cas de rénovation lourde dans des zones particulièrement exposées aux bruits (voir le décret du 14 juin 2016 relatif aux travaux d'isolation acoustique en cas de travaux de rénovation importants).

 

Pour l'instant, les bâtiments concernés (habitation, enseignement, hébergement et soins, hôtel), les pièces du bâtiment et les éléments du bâti concernés par ces exigences acoustiques étaient connus.

 

Ne manquaient plus que les seuils. Ces derniers sont précisés dans un arrêté paru au Journal officiel du 20 avril 2017.


Ce texte définit selon les types de bâtiment, selon la zone d'exposition au bruit extérieur et selon le type de travaux de rénovation, les exigences minimales à respecter en matière d'acoustique.

 

Alors pour ne pas produire de contre performance dans vos projets ou pour demander au Maître d'Oeuvre des résutlats conformes à vos attentes, entourez vous des conseils avisés d'un acousticien.

 

En appui de vos constructeurs, lui seul vous donnera la garantie de résutlat donc vous avez besoin.

 

 

Repost 0
expert acoustique
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 10:28

Voilà un an que je créai ma nouvelle entreprise. Etre jeune créateur ça me rajeunissait.

Aujourd'hui, je dois dire que l'expérience a été très positive.

Grâce à mon expérience professionnelle, je suis sollicité pour réaliser des missions de conseil privé, principalement pour les études acoustiques d'environnement.

Monter un dossier qui va avoir un avis favorable, tant de l’administration que du voisinage, a une très grande valeur dans les temps qui courent.

En plus lorsque dossier est réalisé dans des délais raisonnables et que la question "bruit" ne s'effiloche pas dans le temps il y a beaucoup d'énergie économisée et donc d'argent gagné.

Je continue également à réaliser mes expertises judiciaires.

Par ailleurs, mon blog est de plus en plus visité.

Un certain nombre de sollicitations arrivent par ce canal.

Lorsqu'il y a des prestations à faire sur place, je travaille avec des confrères plus près que moi des demandeurs.

Les problèmes d'acoustique de bâtiment sont toujours récurrent (ancien qui ne répond plus aux besoins actuels, neuf qui est mal réalisé en terme d’isolation, etc)

Il y a du pain sur la planche.

Repost 0
expert acoustique
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 09:59

Avec 12 000 visiteurs uniques depuis la création de ce blog, nous arrivons à 30 000 pages vues.

J'espère que les informations ont intéressé les lecteurs.

Certains ont dialogué avec moi en manifestant leur satisfaction.

Même si je suis moins actif en ce moment, je continue dans mon métier.

Au plaisir de vous aider.

 

Repost 0
expert acoustique
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 09:49

Expert agréé sur la liste près la Cour d'Appel de Montpellier depuis 1983, j'ai eu l'honneur de voir mon agrément renouvelé jusqu'en 2021.

Je prends cette nomination comme un honneur.

Je vais donc continuer les expertises judiciaires.

Dans le même temps, je réalise des expertises à titre privé.

Il est souvent utile de rechercher de la conciliation avant d'ester en justice.

Un bon conseil et la mise en place de solutions, tout en recherchant l'apaisement humain, est une bonne formule.

Pour cela il faut donc ne pas attendre le pourrissement des conflits.

Je plaide donc l'humain et la technique avant la formule judiciaire.

Mais il faut savoir aussi que, face à une situation définitivement bloquée, la justice au civil est une formule incontournable et très souvent efficace.

Osez en parler à votre avocat.

Bonnes fêtes à tous et passez une bonne année 2017 avec la maîtrise de votre environnement sonore.

Repost 0
expert acoustique
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 08:56

 

  • 2010_0201Image0036.JPGUn a

    i paysagiste, Stéphane Archimbaud "Agence ARCAMBAL", m’a demandé de parler du bruit dans les jardins. Ses questions sont principaleC’est une question insolite ! Je me suis interrogé : comment aborder cette problématique vaste et complexe, sans faire un roman. 
    Qu’est ce qu’on attend d’un jardin en terme de son ? En un seul mot : LE CALME 
    Qu’est ce qui peut troubler usuellement ce calme ? 
    Des voisins et des routes. 
    Quels sont les sons que l’on peut inclure dans la notion de ‘’calme au jardin’’ ? 
    Le bruissement du vent dans les branches, la présence d’animaux (mais sans les excès des aboiements ) et, parfois, la musique que l’on aime. 
    Je me suis mis ensuite dans la peau (est-ce possible ?) d’un paysagiste qui veut aider ses clients. 
    Alors quid du bruit dans tout ça ? 
    Il est évident que le bruit dépend de la source sonore qui est en cause. 
    La première source de bruit qui vient à l’esprit est la route la plus proche. 
    Une façon de traiter le bruit est la mise en place d’un mur anti-bruit. (voir articles déjà publiés dans mon blog). 
    Ce mur, pour avoir son efficacité, doit être fabriqué en matériaux suffisamment isolants. Ces matériaux peuvent être par la suite végétalisés. C’est ainsi que le mur peut se fondre dans la verdure que le paysagiste a voulu. 
    Un autre moyen d’atténuer le bruit entre la route et le lieu de vie est que le parcours des sons soit absorbant. 
    Cette absorption peut résulter de différentes plantations (vigne, gazon, herbe folle, etc…). Il est évident que les surfaces bétonnées et bitumées sont à proscrire. 
    Le lieu de vie extérieur peut être constitué d’une charmille, d’une tonnelle, gloriette ou pergola, dans lesquels le vent va produire les bruissements qui charment nos oreilles et où les oiseaux vont égayer votre paysage sonore. 
     
    Mais ce qui peux aussi avoir de l’intérêt c’est l’eau.
    Qu’elle soit naturelle sur le terrain – agouille ou ruisseau – ou travaillée artificiellement, l’eau peut produire également un effet apaisant sur les individus.
    Elle a aussi un autre effet identique au bruit des feuilles, celui de masquer d’autres bruits qui pourraient être désagréables. C’est pour bénéficier de ce même phénomène que les grands hôtels américains réalisent des cascades dans leurs halls majestueux.
    Alors quand le paysagiste propose une fontaine à fort débit ou une cascade embellissante et rafraîchissante, il faut l’écouter et aller dans cette voie.
    Une deuxième écueil peut anéantir votre calme : les appareils extérieurs, qu’ils soient à vous ou à votre voisin (PAC ou pompes de piscines ou d‘arrosage par exemple). 
    S’ils sont à vous et ne gênent que vous, alors vous avez toutes les cartes en main : construire un local technique adapté à ces appareils est utile et indispensable. Une étude adaptée peut s’avérer utile car le bricolage en la matière est source de mauvais résultats et donc de mécontentement. L’habillage du local par des séries de plantes adaptées sera très certainement très apprécié. 
    Mais si vos appareils gênent vos voisins – qui souhaitent le même calme que celui qui vous motive dans votre jardin - alors il faut agir énergiquement et ne pas laisser pourrir la situation. Des mesures acoustiques, une étude adaptée, des solutions techniques et le tour est joué. 
    Si vous anticipez la problématique, c’est bien sûr encore mieux. 
    Alors vous pourrez, entouré des conseils de votre acousticien et de votre paysagiste, choisir le niveau de bruit de vos appareils, leur emplacement dans votre propriété et les caractéristiques du local technique qui correspond parfaitement à vos besoins de tranquillité chez vous comme chez vos voisins. 
    Le gros avantage de la situation d’anticipation réside dans les choix que vous ferez, visuels comme techniques et financiers, en toute connaissance de cause. 
    Sachez qu’il est tout à fait possible de calculer différents scénarios avant de réaliser vos achats de matériels. 
    C’est sur proposition du paysagiste, si votre visuel est majeur, que le lieu le plus adapté pour votre local sera déterminé. 
    Une fois ces choix faits, vous n’aurez plus qu’à entretenir vos plantations, y compris vos plantes d’habillement sur vos constructions techniques. 
    Il ne restera donc à chacun, dans la sérénité, comme l’indiquait Candide, qu’à « cultiver son jardin ».ment liées aux bruits induits par les végétaux qu’il installe. 

    C’est une question insolite ! Je me suis interrogé : comment aborder cette problématique vaste et complexe, sans faire un roman. 
    Qu’est ce qu’on attend d’un jardin en terme de son ? En un seul mot : LE CALME 
    Qu’est ce qui peut troubler usuellement ce calme ? 
    Des voisins et des routes. 
    Quels sont les sons que l’on peut inclure dans la notion de ‘’calme au jardin’’ ? 
    Le bruissement du vent dans les branches, la présence d’animaux (mais sans les excès des aboiements ) et, parfois, la musique que l’on aime. 
    Je me suis mis ensuite dans la peau (est-ce possible ?) d’un paysagiste qui veut aider ses clients. 
    Alors quid du bruit dans tout ça ? 
    Il est évident que le bruit dépend de la source sonore qui est en cause. 
    La première source de bruit qui vient à l’esprit est la route la plus proche. 
    Une façon de traiter le bruit est la mise en place d’un mur anti-bruit. (voir articles déjà publiés dans mon blog). 
    Ce mur, pour avoir son efficacité, doit être fabriqué en matériaux suffisamment isolants. Ces matériaux peuvent être par la suite végétalisés. C’est ainsi que le mur peut se fondre dans la verdure que le paysagiste a voulu. 
    Un autre moyen d’atténuer le bruit entre la route et le lieu de vie est que le parcours des sons soit absorbant. 
    Cette absorption peut résulter de différentes plantations (vigne, gazon, herbe folle, etc…). Il est évident que les surfaces bétonnées et bitumées sont à proscrire. 
    Le lieu de vie extérieur peut être constitué d’une charmille, d’une tonnelle, gloriette ou pergola, dans lesquels le vent va produire les bruissements qui charment nos oreilles et où les oiseaux vont égayer votre paysage sonore. 
     
    Mais ce qui peux aussi avoir de l’intérêt c’est l’eau.
    Qu’elle soit naturelle sur le terrain – agouille ou ruisseau – ou travaillée artificiellement, l’eau peut produire également un effet apaisant sur les individus.
    Elle a aussi un autre effet identique au bruit des feuilles, celui de masquer d’autres bruits qui pourraient être désagréables. C’est pour bénéficier de ce même phénomène que les grands hôtels américains réalisent des cascades dans leurs halls majestueux.
    Alors quand le paysagiste propose une fontaine à fort débit ou une cascade embellissante et rafraîchissante, il faut l’écouter et aller dans cette voie.
    Une deuxième écueil peut anéantir votre calme : les appareils extérieurs, qu’ils soient à vous ou à votre voisin (PAC ou pompes de piscines ou d‘arrosage par exemple). 
    S’ils sont à vous et ne gênent que vous, alors vous avez toutes les cartes en main : construire un local technique adapté à ces appareils est utile et indispensable. Une étude adaptée peut s’avérer utile car le bricolage en la matière est source de mauvais résultats et donc de mécontentement. L’habillage du local par des séries de plantes adaptées sera très certainement très apprécié. 
    Mais si vos appareils gênent vos voisins – qui souhaitent le même calme que celui qui vous motive dans votre jardin - alors il faut agir énergiquement et ne pas laisser pourrir la situation. Des mesures acoustiques, une étude adaptée, des solutions techniques et le tour est joué. 
    Si vous anticipez la problématique, c’est bien sûr encore mieux. 
    Alors vous pourrez, entouré des conseils de votre acousticien et de votre paysagiste, choisir le niveau de bruit de vos appareils, leur emplacement dans votre propriété et les caractéristiques du local technique qui correspond parfaitement à vos besoins de tranquillité chez vous comme chez vos voisins. 
    Le gros avantage de la situation d’anticipation réside dans les choix que vous ferez, visuels comme techniques et financiers, en toute connaissance de cause. 
    Sachez qu’il est tout à fait possible de calculer différents scénarios avant de réaliser vos achats de matériels. 
    C’est sur proposition du paysagiste, si votre visuel est majeur, que le lieu le plus adapté pour votre local sera déterminé. 
    Une fois ces choix faits, vous n’aurez plus qu’à entretenir vos plantations, y compris vos plantes d’habillement sur vos constructions techniques. 
    Il ne restera donc à chacun, dans la sérénité, comme l’indiquait Candide, qu’à « cultiver son jardin ».

     

    Propos de Alain Le Dosseur

     

     

    914 bassin id ablok et lame d eau

     

     

     

    www.arcambal-paysage.com - Agence ARCAMBAL


     

     

    www.arcambalpaysage.com - Agence ARCAMBAL



     

     
     

    Partager cet article

     
     
     
     
       
     
     
     
    ARCAMBAL étude paysagère - dans Le bruit au jardin 
    commenter cet article